fbpx

Dans « Histoire de Collectionneurs », Café Noir – Les montres met en avant une série de collectionneurs et tire le portrait de passionnés de belles mécaniques. Des amateurs de belles montres on en connait, pourquoi cette passion ? Comment a elle débuté ? Quels sont les modèles emblématiques de chacun ?

Dans l’épisode 1, racontons l’histoire de Cédric et celle de ses toquantes favorites.

CédricB. Sa profession ? Trouver ce qui ne se trouve pas.

Portrait de Cédric, Le Collectionneur de Type 20

C’est dans le bar de la Place du petit village de Belgentier, pas très loin de Hyères sur la Côte-d’Azur que Cédric et moi nous voyons pour la première fois. Aussi rocambolesque que cela puisse paraître, nous nous sommes rencontrés sur internet et complètement par hasard. C’est via la messagerie d’une plateforme de vente en ligne alors qu’il cherchait à vendre l’une de ses plongeuses que nous avons « chatter ».

C’est bien rare lorsqu’il s’agit de vintage mais comme quoi, la techno a parfois du bon.

Après quelques négociations, j’ai finalement fait l’acquisition d’une très belle Yema Sous-Marine. Pas n’importe laquelle, j’avais mis la main sur celle d’un fin collectionneur ! Bref, la discussion était lancée et quelques mois plus tard, confinement oblige, il était temps de partager un Café, Noir de préférence.

Place du village de Belgentier dans l’arrière-pays Varois

Commençons par le commencement…

Cédric a une quarantaine d’années, il vit entre l’arrière-pays Toulonnais et la capitale où il exerce la majeure partie de son travail. Son métier, c’est trouver l’introuvable ou plutôt vous faire visiter ce qui ne se visite pas. Il a réponse à peu près tout : que vous souhaitiez privatiser le Château de Versailles ou accéder aux réserves du Louvres. Il pourra également vous ouvrir les portes des plus prestigieux défilés de la Fashion-Week. Sa principale force réside dans son réseau auquel il vient en aide aussi souvent qu’il peut. « Après tout, qui donne, reçoit ».

La collection de Cédric, Fan de plongeuses, de montres militaires et surtout de Type 20

Ce n’est pas la première fois que je me décide à me déplacer dans l’unique but de discuter « montre ». À chaque fois je pars avec les mêmes interrogations : est-ce que je vais perdre mon temps ? Est-ce que je vais me faire braquer ? A quel type de collectionneur vais-je avoir à faire ? Vais-je devoir meubler une discussion qui ne va tourner qu’autour de Rolex, et de ces modèles actuels … ? Et bien ce coup-ci, je n’ai pas perdu mon après-midi ! En quelques minutes seulement la confiance est partagée et je fais la connaissance d’un amateur. Le genre à débouler avec un sac rempli de montres toutes plus intrigantes les unes que les autres. En un rien de temps notre petite table de bistrot déborde de montres anciennes.

Une passion et surtout de la rigueur

Cédric connait tout : des détails du mouvement au marquage militaire. Une chose est sûre, s’il ne les porte pas toutes (certaines sont même sans bracelet enveloppées de papier-bulle), il possède un savoir encyclopédique sur ses toquantes. Finalement, je crois que ce que préfère Cédric, c’est de posséder ces morceaux d’Histoire qui ne sont pas à la portée de tous.

Ce qui nous amène à évoquer l’une de ces collections très particulières : les chronographes Type 20 et Type 21.


Avant tout, un peu d’Histoire

Chronofixe Type 20 (Type XX)

Nous sommes dans les années 1950, l’Armée de l’Air Française rédige un nouveau cahier des charges pour les futures montres de ses pilotes.

Voici quelques-unes des spécifications requises : un fond noir et des aiguilles luminescentes pour une grande lisibilité, une fonction chronographe retour-en-vol et un totalisateur de minutes. Les montres doivent être à remontage automatique, posséder une réserve de marche de minimum 35 heures et être précise à + ou – 8 secondes par jour.

Caractéristique de construction, Extrait de l’Armée Française

Vous vous demandez peut-être ce qu’est le « retour-en-vol » (ou « Flyback » anglais) ? Premièrement, il faut savoir que les montres assuraient un rôle d’outils de mesure et de navigation. La fonction Flyback d’un chronographe permet, lorsqu’il est déjà en route et par une simple et unique pression du poussoir du bas de remettre instantanément les compteurs à zéro et de le relancer instantanément pour le calcul suivant.

Autrement dit, cela remplace la longue manipulation START/STOP/RESET/RESTART par la plus simple et ô-combien plus précise START/RESET&RESTART. Cette fonction est très appréciée des aviateurs car cela réduit considérablement la marge d’erreur de leurs calculs de trajectoire.

La collection actuelle (et grandissante) de Chronographe Type 20 et Type 21 de Cédric

Dans les années 1950, plusieurs marques se lancent dans le fou pari de remplir toutes les caractéristiques requises par l’Armée de l’Air française. Si la Breguet Type XX représente le Graal de tous ces collectionneurs de chronographes, ils s’arrachent également les modèles Dodane, Chronofixe, J.Auricoste, Airain, Elnic ou encore Vixa.

Quelques-unes ont résisté au temps et Cédric n’a qu’une seule chose en tête : en rassembler un maximum !

Si Cédric a trouvé son mode de collection, vous qu’est-ce qui vous fait vibrer ? What Makes You Tick ?

Maxime Garabedian, Fondateur de Café Noir – Les montres.

Leave a reply

0